10 bonnes raisons de visiter le Sénégal par Mame Mbaye Niang – WORLD MEDIAS EVENT
ActualitésBonnes adresses

10 bonnes raisons de visiter le Sénégal par Mame Mbaye Niang

179vues

Review overview

Pertinence3.8
Syntaxe6.5
5.2

Summary

Le tourisme au Sénégal en 2017

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

  1. Présentation générale du Pays

Le Sénégal, également dénommé République du Sénégal est un pays d’extrême ouest du continent Africain, entre 12°5 et 16°5 de latitude Nord et 11°5 et 17°5 de longitude ouest. Il est situé sur la partie la plus occidentale du continent africain dans l’océan atlantique, sur une façade de 700 km2. Au nord, il est limité par la Mauritanie, à l’ouest par l’océan atlantique, à l’est par le Mali et enfin au sud par la Guinée Bissau. Placé entre les régions de Kaolack et de Ziguinchor, la Gambie qui occupe tout le cours inférieur du fleuve du même nom, représente une enclave de plus de 300 km à l’intérieur du territoire sénégalais. Le pays est traversé par 3 principaux fleuves d’est en ouest : la Gambie et la Casamance au Sud et le fleuve Sénégal au nord.

Le Sénégal est un territoire aux sols plats et sablonneux et qui ne dépasse pas 130 mètres d’altitude sauf en allant vers la Guinée, c’est-à-dire à la frontière sud est.

Le climat du Sénégal est de type soudano sahélien et est caractérise par deux types de saison :  une saison sèche couvrant la période de novembre à mai et une saison des pluies durant de juin à octobre. En se déplaçant du nord vers le sud du pays, la pluviométrie moyenne annuelle ne cesse de croitre. Nous pouvons constater une pluviométrie de 1200 mm et plus dans le sud, alors le nord dépasse rarement le 300mm par an. Cette répartition inéquitable de la pluviométrie est à l’origine de l’existence de trois zones climatiques suivantes : une zone forestière au sud, la savane arborée au centre et une zone semi-désertique au nord.

Le pays est divisé depuis 2008 en 14 régions dont 3 nouvelles que sont Sédhiou, Kaffrine et Kédougou. Il existe désormais 45 départements qui sous divisés en communes, arrondissements, communes rurales et villages. 46 communes d’arrondissement au total sont répertoriées et Dakar, la capitale administrative en dispose à elle seule de 19.

La superficie totale du Sénégal est de 196.712 km2 et en 2017, la population est estimée à 15.256.346 habitants avec une densité de 77,56 habitants/km2 (Populationdata.net, 2017). Cette moyenne cache une répartition extrêmement inégale de la population car l’essentiel de la population est concentré dans la région de Dakar, alors que l’est du territoire reste sous peuplé. Ce phénomène a connu une forte progression durant ces dernières décennies à cause du l’exode rural. D’après les autorités sénégalaises, l’exode rural favorise une urbanisation rapide mais freine le développement des campagnes qui sont privées de leurs éléments jeunes (Diop, 2008).

Du point de vue de l’organisation politique, Le Sénégal est un état est laïque et démocratique. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d’origine, de race, de sexe, de religion. L’essentiel de la population y est de confession musulmane (environ 90%) (Seck, 2010), la communauté catholique étant minoritaire. Le Français est la langue officielle et les langues nationales sont le Diola, le Malinké, le Pular, le Sérère, le Soninké, le Wolof entre autres.

  1. Le secteur touristique

Le secteur du tourisme au Sénégal représente la deuxième source de devises, juste après la pêche, soit 6 ,3% du P.I.B.  Mis en place après l’accession du Sénégal à l’indépendance, le tourisme international et essentiellement balnéaire, appréhendé comme un facteur de développement, n’a cessé de croître.

C’est ainsi qu’en 2015, le nombre de touristes a été évalué à plus d’un million six cent mille (1 600 000) contre neuf cent quatre-vingt-quatre mille (984 000) en 2014. Cette progression s’est poursuivie en 2016 avec une augmentation de la fréquentation de l’ordre de 3 à 5 % (Travel). En 2017, le Sénégal s’est résolument tourné vers l’avenir et le secteur touristique prend un nouvel envol après des années marquées par une morosité économique. L’augmentation du prix du billet, les maladies infectieuses grave comme l’Ebola, les réformes du gouvernement, l’instauration du visa biométrique autant de facteurs qui ont contribué à une importante baisse du chiffres d’affaire du secteur touristique.

L’ambition du gouvernement sénégalais est d’accueillir 3 millions de nouveaux touristes d’ici 2023. L’objectif principal est de faire du Sénégal une destination touristique attractive.

Les zones touristiques font peau neuve partout au Sénégal grâce aux travaux d’infrastructures en cours d’achèvement comme l’extension du réseau autoroutier et la construction de la ligne de chemin de fer du Train Express Régional, qui sera la liaison entre Dakar et sa périphérie. Avec le nouvel Aéroport International Blaise Diagne (AIBD), dont l’ouverture est imminente (décembre 2017) et le centre International de Conférences Abdou Diouf, c’est une toute nouvelle ville qui est en train de sortir de terre. Cité administrative, immeubles de bureaux, hôtels, zones résidentielles, parcs industriels, centres commerciaux formeront le pôle de Diamniadio, un des plus importants projets d’aménagement urbain au Sénégal. Sur la Petite Côte, les zones de Pointe Sarène, Mbodiène et Joal Finio ont été identifiées pour accueillir des stations balnéaires de dernière génération, destinées à des clientèles en quête de séjours de premier choix.

La destination Sénégal a été citée par le Syndicat des entreprises du Tour Operating en France (SETO) dans son Top 5 des destinations de l’hiver 2015 – 2016. Ce syndicat affirme que « parmi les plus belles croissances, il faut noter les belles performances … du Sénégal (+29,9%) qui a repris des couleurs. »

Le Sénégal a pu réaliser ces importants progrès grâce au climat sécuritaire et une volonté affichée de redynamiser le secteur. C’est dans cette optique que la Casamance n’est plus considérée par la France comme zone à risques depuis octobre 2016. Cette magnifique région du sud est donc redevenue une zone de confiance aux yeux des acteurs majeurs de l’industrie touristique en France, en Italie et en Allemagne.

Le gouvernement sénégalais a aussi de réelles ambitions pour le secteur touristique. Le tourisme est devenu l’un des secteurs prioritaires du Plan Sénégal Emergent (PSE) et depuis 2014, une batterie de mesures a été prises. Au nord, le Plan de Développement Touristique de Saint-Louis a été lancé et vise l’émergence d’un tourisme durable axé sur la réhabilitation des patrimoines historiques, culturels et naturels de la cité. D’autres mesures ont été prises afin de favoriser les investissements privés externes et pour fournir aux touristes un cadre propice à l’accueil. Parmi les décisions phares, nous pouvons citer :

  • Suppression du visa d’entrée, une mesure qui avait découragé beaucoup de touristes vu son aspect contraignant et la mauvaise organisation de ce service.
  • Réduction du droit de timbre sur les billets d’avion qui passe de 10,67 euros à 3 euros
  • Diminution de 50% de la redevance passager et de la redevance sûreté
  • Elargissement du taux de TVA de 10% à toutes les prestations touristiques
  1. Les bonnes raisons pour visiter le Sénégal
  • Un climat chaud et des journées ensoleillées

Avec plus de 3000 heures d’ensoleillement par année, le Sénégal peut se targuer d’être parmi les premiers pays les plus ensoleillé du monde. Ce temps superbe fait du Sénégal une destination touristique très prisée, pour s’éloigner des rigueurs de l’hiver. Durant la saison séche, les températures oscillent entre 22°c et 30°c avec des variations importantes entre le littoral, où les températures sont plus fraiches, et l’intérieur du pays plus chaud et sec. La saison des pluies qui dure de juillet à octobre n’est pas à craindre, car les orages s’éternisent rarement et laisse place à un temps radieux. Donc, on peut se rendre au Sénégal à n’importe quelle période l’année sans être inquiété par les aléas climatiques.

  • La légendaire hospitalité sénégalaise

Ce n’est pas pour rien que le Sénégal est surnommé pays de la Teranga, terme désignant en wolof l’hospitalité. Au Sénégal, les habitants sont souriants, aiment s’entraider, saluer et accueillir chaleureusement même ceux qui leur sont étrangers. Vous pourrez ainsi être invité à manger ou boire le thé, alors que vous étiez simplement de passage.

L’hospitalité s’y vit au quotidien et toutes les religions et confessions y vivent en harmonie. Le Sénégal a toujours été reconnu par la chaleur et la qualité de ses relations humaines.

  • Le logement à bas cout et une restauration diversifiée

Quel que soit la période de l’année, le Sénégal regorge de plusieurs types d’hébergement accessibles à toutes les bourses. Que ce soit en auberge, en hôtel ou dans un appartement, les prix restent très abordables. Des logements de plus haut standing existent également. Toutefois, faire choisir l’hébergement en maison d’hôtes permet une intégration plus facile et vous permet de mieux connaitre le pays ainsi que ses habitants. A tout moment de la journée, vous pourrez vous restaurez à moindre coût avec des plats locaux ou de la cuisine étrangère. En consommant local plutôt que la nourriture des grandes chaines, vous ferez non seulement un voyage culinaire, vous mangerez équilibré et vous soutiendrez aussi l’économie du pays. Préférez par exemple un bon jus de « bissap » ou un bon « bouye » qui sont préparés avec des ingrédients naturels que votre soda habituel rempli d’ingrédients chimiques.

  • Le Sénégal, un pays au climat sécuritaire

Hasard ou chance, le Sénégal reste pour l’instant l’un des rares pays à être épargné par les terribles attentats terroristes qui ravagent les pays occidentaux et par les guerres. La montée de l’intégrisme religieux y est freinée par une pratique saine d’un islam affilié au soufisme. En outre, le Sénégal est un vrai pays démocratique où les citoyens peuvent manifester librement, critiquer le gouvernement s’ils le jugent nécessaire.

  • Un pays en pleine croissance

Bien qu’il ne bénéficie pas des plus grandes ressources naturelles, le Sénégal est l’un des pays de l’Afrique de L’ouest le plus industrialisés. La croissance y est progressive, surtout grâce au domaine des télécommunications. Le FMI prévoit d’ailleurs une croissance de 5% pour les 10 prochaines années à venir.

C’est également un pays ouvert sur le monde et un terrain propice aux investisseurs étrangers. Ainsi, en plus du partenaire historique qu’est la France, désormais d’autres pays s’intéressent au Sénégal. Nous pouvons citer des pays comme la Chine, la Turquie, les pays du Golfe etc….

Le progrès est en bon chemin et n’est pas sur le point de s’arrêter.

  1. Que faire au Sénégal ?

Une fois sur place, une pléthore d’activités vous attend.

  • Plages et sports nautiques

700 km de côtes bordent le Sénégal du nord au sud et vous avez à votre disposition quelques centaines de kilomètres de bolongs dans le Sine Saloum et en Casamance, assez pour vous promener, découvrir des paysages insolites, vous baigner et plusieurs autres activités. La plage de sable fin du Cap Skirring et celles de la Petite Côte sont parmi les plus belles et vous pourrez y pratiquer plusieurs activités nautiques. Les amateurs de surf seront servis : sur place plusieurs écoles de surf sont disponibles et les vagues sont au rendez-vous toute l’année.

  • La chasse et la pêche

La période de la chasse s’étend de décembre à fin avril. Si vous souhaitez pratiquer cette activité au Sénégal, vous devrez obligatoirement vous munir d’un permis de port d’arme et ainsi qu’un permis de chasse délivré par les autorités compétentes. La faune compte plus de 169 espèces de mammifères dont 23 sont autorisés pour la chasse et 625 espèces d’oiseaux.

  • Les sites culturels

L’artisanat occupe une place importante au Sénégal et les artistes rivalisent autant de talent que d’ingéniosité. Vous pourrez ainsi avoir accès à un large panel de créations artisanales (mode, décoration, sculpture en bois ou poteries etc…), ou objets insolites faits en matériaux de récupération. Le Sénégal est par excellence le pays de la diversité et de la richesse culturelle, qui allie tradition et modernité. La musique y occupe aussi une place importante. C’est pourquoi, il n’est pas rare de voir des quartiers avoir des styles de musique différents ainsi que leurs propres rythmes de danse. Le dépaysement y est assuré.

Leave a Response