Les Africains Francophones les plus riche du monde selon «Forbes» – WORLD MEDIAS EVENT
ActualitésEconomie

Les Africains Francophones les plus riche du monde selon «Forbes»

593vues

Le magazine «Forbes Afrique» a publié son palmarès annuel des plus grosses fortunes d’Afrique francophone subsaharienne. Une partie du continent souvent absente de ce genre de classements. Les trente plus riches pèsent 10,56 milliards de dollars.

 

L’industriel belge, George Forrest, né en République Démocratique du Congo (RDC), occupe la seconde place, avec une fortune de 800 millions de dollars.

  • Paul Fokam Kammogne (Cameroun, 690 millions),
  • la famille d’origine indienne Rawji (RDC, 630 millions),
  • Ylias Akbaraly (Madagascar, 460 millions),
  • la famille Billon (Côte d’Ivoire, 450 millions),
  • Samuel Foyou (Cameroun, 407 millions),
  • Jean Kacou Diagou (Côte d’Ivoire, 405 millions),
  • Colin Mukete (Cameroun, 380 millions) et
  • Luc-Gérard Nyafe (RDC, 360 millions) complètent le “top 10“.

Sur la deuxième marche du podium, on trouve ensuite l’industriel belge né en RDC George Forrest, patron du groupe du même nom. Le Camerounais Paul Fokam Kammogne rafle la troisième place avec 690 millions de dollars. Au pied du podium, la famille Rawj, arrivée d’Inde en RDC il y a une cinquantaine d’années. L’homme d’affaires franco-malgache Ylias Akbaraly, patron du groupe Sipromad, ferme le top 5.

 

 

Le magazine «Forbes Afrique» a publié son palmarès annuel des plus grosses fortunes d’Afrique francophone subsaharienne. Une partie du continent souvent absente de ce genre de classements. Les trente plus riches pèsent 10,56 milliards de dollars.

Des Camerounais, Ivoiriens, Malgaches, Congolais occupent les dix premières places, parmi les 30 plus grosses fortunes d’Afrique francophone. Les très riches de la région sont présents dans les télécoms, l’immobilier, l’hôtellerie, la banque, les médias, l’agro-industrie et le pétrole.

Pour la première fois, une femme apparaît dans cette liste dressée par le magazine Forbes Afrique. Il s’agit de Kate Fotso, veuve d’André Fotso, l’ex-président du patronat camerounais. Elle est à la tête de Telcar Cocoa, leader au Cameroun de l’exportation de fèves de cacao en partenariat avec le géant Cargill, et s’arroge la 20e place avec une fortune estimée à 252 millions de dollars.

Un match inégal

Toutefois les grosses fortunes d’Afrique francophone viennent loin dernière les très gros patrimoines nigérians, égyptiens ou d’Afrique du Sud. Le Camerounais Baba Danpullo, patron des minoteries Le Coq rouge, qui arrive en tête du classement pour l’Afrique francophone, détient une fortune chiffrée à 940 millions de dollars. A comparer avec la première fortune africaine, le Nigérian Aliko Dangote avec près de 13 milliards de dollars. Ensemble, les 30 plus riches d’Afrique francophone ne parviennent qu’à 10,5 milliards de dollars.

 

Sur la deuxième marche du podium, on trouve ensuite l’industriel belge né en RDC George Forrest, patron du groupe du même nom. Le Camerounais Paul Fokam Kammogne rafle la troisième place avec 690 millions de dollars. Au pied du podium, la famille Rawj, arrivée d’Inde en RDC il y a une cinquantaine d’années. L’homme d’affaires franco-malgache Ylias Akbaraly, patron du groupe Sipromad, ferme le top 5.

La famille Billon en Côte d’Ivoire, Samuel Foyou au Cameroun, l’Ivoirien Jean Kacou Diagou, le Camerounais Colin Mukete et Luc-Gérard Nyafe en RDC complètent le top 10.

Les 30 plus grosses fortunes d’Afrique francophone subsaharienne pèsent un peu plus de 10,56 milliards de dollars, selon le classement annuel élaboré par le magazine Forbes Afrique, qui compte pour la première fois une femme : la Camerounaise Kate Fotso.

Dans ce deuxième exercice annuel, le numéro spécial de décembre de Forbes Afrique retient les fortunes supérieures à 175 millions de dollars, et l’étoffe par rapport au classement 2015 de six nouvelles entrées.

Le camerounais Baba Danpullo, patron du groupe minotier Le Coq Rouge, reste en tête du classement avec 940 millions de dollars. L’homme d’affaires, à la tête de Brodon Finex, est aussi présent dans l’agro-industrie, notamment le thé et le coton.

L’industriel belge, George Forrest, né en République Démocratique du Congo (RDC), occupe la seconde place, avec une fortune de 800 millions de dollars.

  • Paul Fokam Kammogne (Cameroun, 690 millions),
  • la famille d’origine indienne Rawji (RDC, 630 millions),
  • Ylias Akbaraly (Madagascar, 460 millions),
  • la famille Billon (Côte d’Ivoire, 450 millions),
  • Samuel Foyou (Cameroun, 407 millions),
  • Jean Kacou Diagou (Côte d’Ivoire, 405 millions),
  • Colin Mukete (Cameroun, 380 millions) et
  • Luc-Gérard Nyafe (RDC, 360 millions) complètent le “top 10“.

La première femme à rentrer dans ce classement occupe la 20ème place. La fortune de Kate Fotso avoisine les 252 millions de dollars.

Mme Fotso, veuve de André Fotso, ex-président du patronat camerounais Gicam,“peut être considérée comme la femme la plus riche d’Afrique francophone”, souligne le magazine.

Elle est à la tête de Telcar Cocoa, leader camerounais de l’exportation de fèves de cacao (environ 30%), en partenariat avec le géant Cargill, souligne le magazine.

Les grosses fortunes de l’Afrique francophone subsaharienne sont présentes dans les télécoms, l’immobilier, l’hôtellerie, la banque, les médias, l’agro-industrie ou le pétrole.

Dans son édition, le magazine “célèbre ces créateurs de richesses, qui évoluent très souvent dans des environnements difficiles” et ou “beaucoup de fortunes sont jugées encore suspectes, à tort ou à raison, par l’opinion”.

Le magazine pointe aussi le “match inégal” entre l’Afrique subsaharienne francophone et le reste du continent. Le poids économique des pays listés dans ce classement est souvent faible face aux poids lourds du continent (Nigeria, Egypte, Afrique du Sud).

La fortune du n°1 du classement, Baba Danpullo, est loin derrière celle du nigérian Aliko Dangote, première fortune africaine avec 12,9 milliards, souligne le magazine.

 

Avec AFP

Source: VOA Afrique

Leave a Response